Romany's avatar
Romany

Dec. 4, 2022

2
La clôture anti-lapin

La clôture anti-lapin
La semaine dernière, j’ai regardé le célèbre film australien, « The Rabbit Proof Fence ». Le film est adapté d’un roman écrit par l’auteure, Doris Pilkington en 1996. C’est une vraie histoire d’une famille indigène qui a eu lieu au début du XXème siècle. Le roman suit l’expérience de trois jeunes filles qui s’échappent d’un camp gouvernemental et marchent 1 600 kms pour être réunis avec leurs parents. Elles suivent la clôture anti-lapin qui a été construite par le gouvernement en 1901.

La construction de cette clôture de protection contre les lapins, est une autre histoire assez bizarre. Construite dans l’état d’Australie-Occidentale, il s’agit d’une clôture de barbelés ( barbed wire), avec une longue de 3 256 kms, allant du nord au sud. En effet, elle devise l’État en deux parties. Le but était de garder les lapins sauvages qui étaient des nuisances majeures, hors des terres agricoles. Le gouvernement de l’époque avait pensé que cela empêcherait en même temps, des dingos, des kangourous et des émues. Les fermiers les détestaient puisque ces animaux détruisaient régulièrement leurs cultures. Malheureusement, cette clôture était très inefficace et n’avait pas résolu le problème.

Cette histoire m’a intéressée beaucoup parce que les lapins ne sont pas indigènes en Australie : ils ont été introduits par les anciens colons anglais. Lorsque je me suis renseigné plus profondément, j’ai appris une autre histoire assez bizarre. Apparemment, en 1859, M. Thomas Austin avait relâché 24 lapins sauvages sur sa propriété. Il avait voulu les chasser et les tuer comme un sport. Évidement, M. Austin n’avait pas réussi car les lapins s’étaient multipliés en si grand nombre que de nos jours, ils sont des ravageurs de bon nombre de cultures.

Corrections

La clôture anti-lapine Chemin de la liberté

This is the novel's and movie's official translation into French, but your literal translation of the English title was totally right

La clôture anti-lapine Chemin de la liberté

La semaine dernière, j’ai regardé le célèbre film australien, « The Rabbit Proof Fence ».

Le film est adapté d’un roman écrit par l’auteure, Doris Pilkington en 1996.

C’est une vraie histoire d’une famille indigène qui a eu lieu au début du XXème siècle.

Le roman suit l’expérience de trois jeunes filles qui s’échappent d’un camp gouvernemental et marchent 1 600 kms pour être réunis avecrejoindre leurs parents.

Elles suivent la clôture anti-lapin qui a été construite par le gouvernement en 1901.

La construction de cette clôture de protection contre les lapins, est une autre histoire assez bizarre.

ConstruitÉrigée dans l’éÉtat d’Australie-Occidentale, il s’agit d’une clôture de barbelés ( barbed wire), avec d'une longueur de 3 256 kms, allant du nord au sud.

When it's about the administrative body, "État" is always pluralized
"long, longue" are adjectives ; "longueur" is a noun
"Construire" rather applies to things needing several elements put together (typically, houses, walls or buildings) but "une clôture" is rather "érigée" or just "mise", in the less formal language

En effet, elle deivise l’État en deux parties.

Le but était de garder les lapins sauvages, qui étaient des nuisances majeures, hors des terres agricoles.

Le gouvernement de l’époque avait pensé que cela empêcherait en même temps, le passage des dingos, des kangourous et des émueus.

"les émues" are moved feminine beings, "les émeus" are animal

Les fermiers les détestaient puisque ces animaux détruisaient régulièrement leurs cultures.

Malheureusement, cette clôture était très inefficace et n’avait pas résolu le problème.

Cette histoire m’a beaucoup intéressée beaucoup parce que les lapins ne sont pas iendigènes en émiques d'Australie : ils (y) ont été introduits par les anciens colons anglais.

"Native" for animals or plants = endémique

Lorsque je me suis renseigné plus profondémente (encore) davantage, j’ai appris une autre histoire assez bizarre.

Apparemment, en 1859, M. Thomas Austin avait relâché 24 lapins sauvages sur sa propriété.

You're narrating this event from now (the time you're writing these lines) so passé composé. Well, you can build a plus-que-parfait to refer to the "Rabbit Proof Fence" story as a point of origin, but this would be somewhat unnatural

Il avait voulu les chasser et les tuer comme unpour le sport.

Here you can have a plus-que-parfait (he wanted to kill them before releasing them, so "past in the past")

Évidement, M. Austin n’avait pas réussi, car les lapins s’étaient tellement multipliés en si grand nombre que de nos jours, ils sont d/restent les ravageurs de bon nombre de cultures.

I modified to avoid repeating "nombre" and having something more natural

Feedback

I remember watching this movie and reading some parts of the novel with my high school English class. It was interesting.

Romany's avatar
Romany

Dec. 19, 2022

2

Merci beaucoup pour vos commentaires

La clôture anti-lapin

La clôture anti-lapine Chemin de la liberté

La clôture anti-lapin

La clôture anti-lapine Chemin de la liberté

La semaine dernière, j’ai regardé le célèbre film australien, « The Rabbit Proof Fence ».

Le film est adapté d’un roman écrit par l’auteure, Doris Pilkington en 1996.

Le film est adapté d’un roman écrit par l’auteure, Doris Pilkington en 1996.

C’est une vraie histoire d’une famille indigène qui a eu lieu au début du XXème siècle.

Le roman suit l’expérience de trois jeunes filles qui s’échappent d’un camp gouvernemental et marchent 1 600 kms pour être réunis avec leurs parents.

Le roman suit l’expérience de trois jeunes filles qui s’échappent d’un camp gouvernemental et marchent 1 600 kms pour être réunis avecrejoindre leurs parents.

Elles suivent la clôture anti-lapin qui a été construite par le gouvernement en 1901.

La construction de cette clôture de protection contre les lapins, est une autre histoire assez bizarre.

La construction de cette clôture de protection contre les lapins, est une autre histoire assez bizarre.

Construite dans l’état d’Australie-Occidentale, il s’agit d’une clôture de barbelés ( barbed wire), avec une longue de 3 256 kms, allant du nord au sud.

ConstruitÉrigée dans l’éÉtat d’Australie-Occidentale, il s’agit d’une clôture de barbelés ( barbed wire), avec d'une longueur de 3 256 kms, allant du nord au sud.

En effet, elle devise l’État en deux parties.

En effet, elle deivise l’État en deux parties.

Le but était de garder les lapins sauvages qui étaient des nuisances majeures, hors des terres agricoles.

Le but était de garder les lapins sauvages, qui étaient des nuisances majeures, hors des terres agricoles.

Le gouvernement de l’époque avait pensé que cela empêcherait en même temps, des dingos, des kangourous et des émues.

Le gouvernement de l’époque avait pensé que cela empêcherait en même temps, le passage des dingos, des kangourous et des émueus.

Les fermiers les détestaient puisque ces animaux détruisaient régulièrement leurs cultures.

Malheureusement, cette clôture était très inefficace et n’avait pas résolu le problème.

Malheureusement, cette clôture était très inefficace et n’avait pas résolu le problème.

Cette histoire m’a intéressée beaucoup parce que les lapins ne sont pas indigènes en Australie : ils ont été introduits par les anciens colons anglais.

Cette histoire m’a beaucoup intéressée beaucoup parce que les lapins ne sont pas iendigènes en émiques d'Australie : ils (y) ont été introduits par les anciens colons anglais.

Quand je me suis renseigné plus profondément, j’ai appris une autre histoire assez bizarre.

Apparemment, en 1859, M. Thomas Austin avait relâché 24 lapins sauvages sur sa propriété.

Apparemment, en 1859, M. Thomas Austin avait relâché 24 lapins sauvages sur sa propriété.

Il avait voulu les chasser et les tuer comme un sport.

Il avait voulu les chasser et les tuer comme unpour le sport.

Évidement, M. Austin n’avait pas réussi car les lapins s’étaient multipliés en si grand nombre que de nos jours, ils sont des ravageurs de bon nombre de cultures.

Évidement, M. Austin n’avait pas réussi, car les lapins s’étaient tellement multipliés en si grand nombre que de nos jours, ils sont d/restent les ravageurs de bon nombre de cultures.

Lorsque je me suis renseigné plus profondément, j’ai appris une autre histoire assez bizarre.

Lorsque je me suis renseigné plus profondémente (encore) davantage, j’ai appris une autre histoire assez bizarre.

You need LangCorrect Premium to access this feature.

Go Premium